Accueil MSH-Alpes


Colloque Patrimoine et Humanités Numériques

Colloquemardi - jeudi, 10 - 12 Juin 2014

Colloque Patrimoine et Humanités Numériques

Le 10/06 de 13 h à 18 h, le 11/06 de 9 h à 18 h, le 12/06 de 9 h à 18 h  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Université Stendhal, Traverses 19-21

Colloque Interdisciplinaire en Lettres, Arts et Sciences humaines, organisé par Cécile Meynard (MSH-Alpes/Université Stendhal-Grenoble3), Thomas Lebarbé (Université Stendhal-Grenoble3) et Sandra Costa (Université Pierre Mendès-France).

          Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large, et concerne aussi bien les SHS traditionnelles (histoire, littérature, linguistique, art et architecture…) que, depuis les années 1970, des domaines parfois moins évidents pour le public mais non moins intéressants : à côté du patrimoine culturel et artistique, on souhaite aujourd’hui valoriser le patrimoine industriel, rural, etc. Les humanités numériques, prises comme domaine de recherche et d’enseignement faisant interagir différentes disciplines, l’informatique, les lettres et arts, et plus généralement les sciences humaines et sociales, proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. En ce sens, on pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.? De quelle manière les humanités numériques peuvent-elles contribuer à un développement plus démocratique de la culture (sciences citoyennes ?) et comment leur apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

          Elles permettent sans doute une transformation du regard sur l’objet patrimonial, voire une multiplication des approches de cet objet, ou des interactions entre ces approches.

          Il s’agit aujourd’hui de mesurer la transformation conceptuelle de l’objet lui-même en même temps qu’elles le rendent accessible et compréhensible, en prenant en compte les nouveaux objets patrimoniaux, relevant parfois du patrimoine immatériel (à côté des chants, danses, expressions orales, fêtes et rituels, les sites, blogs et autres données liées aux nouveaux réseaux sociaux constituent sans aucun doute désormais des objets patrimoniaux inédits, qui suscitent d’ores et déjà l’intérêt des chercheurs, mais aussi du public).

 

Résumés en français, anglais et italien:

Colloque « patrimoine et humanités numériques »

          Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large. Les humanités numériques proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. On pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.?

Colloquio “Patrimonio e umanistica digitale”

          Questo colloquio internazionale e interdisciplinare si pone l’obiettivo di mettere in parallelo e confrontare  due concetti che occupano un posto di sempre maggior rilievo nell’attualità della ricerca scientifica : i Beni Culturali e  le discipline umanistiche digitali. Il Patrimonio, considerato come bene culturale condiviso da una comunità, è oggi concepito in senso lato. L’umanistica digitale o informatica umanistica  propone metodi, pratiche e strumenti digitali applicabili allo studio di oggetti tradizionali, ma anche nuovi oggetti di studio e nuovi percorsi teorici e analitici. È così possibile interrogarsi sul contributo specifico dell’umanistica digitale per valorizzare e diffondere un particolare patrimonio. Quale può essere l'interesse del digitale rispetto agli approcci tradizionali dal punto di vista museografico, etnologico, letterario, linguistico ecc. ?

Conference « Heritage and digital humanities »

          This interdisciplinary and international conference aims at gathering and confronting two notions that are currently quite fashionable: heritage and digital humanities. Heritage, to be understood as goods shared by a community and founding its cultural identity, is to be taken in its widest meaning. Digital humanities offer methods, practices and numerical tools serving traditional research objects, but also new ones and leading to new theoretical and analytical approaches.

We shall question the specific contribution of digital humanities to the development and dissemination of a given heritage. What can be the advantage of digital technologies with regards to more traditional approaches, whether it is museographical, ethnologic, literary, linguistic, etc.?

 

Comité d'organisation :

Cécile Meynard (MSH-Alpes/Traverses 19-21, Université Stendhal-Grenoble3)

Thomas Lebarbé (LIDILEM, Université Stendhal-Grenoble3)

Sandra Costa (ERC ATHENA plus, Université Pierre Mendès-France)

 

Comité scientifique:

Pierre-Yves Buard (MRSH Caen, responsable d’édition électronique aux Presses universitaires de Caen)

Rossella Caffo (directrice de L’ ICCU et responsable internationale ATHENA plus)

Sandra Costa (ERC ATHENA plus, Université Pierre Mendès-France)

Marie-Luce Demonet (professeur de littérature, CESR, MSH-val de Loire)

Thomas Lebarbé (LIDILEM, Université Stendhal-Grenoble3)

Cécile Meynard (MSH-Alpes/Traverses 19-21, Université Stendhal-Grenoble3)

Dominique Rigaux (MSH-Alpes, Université Pierre Mendès-France)

              

Contact : Cécile Meynard