Accueil MSH-Alpes


Syndiquer le contenu

Évènements à venir

Colloque internationalmercredi - jeudi, 26 - 27 Avril 2017

Roma aeterna – Roma moderna : Les Romes nouvelles de l’époque moderne

Mercredi 26 : 13h30-18h00 | Jeudi 27 : 9h00-17h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LARHRA & LUHCIE

Du XVIe au XVIIIe siècle, l’antiquité romaine n’a cessé de marquer les esprits et avec eux les diverses cultures politiques de l’Europe moderne.
La rencontre des 26-27 avril 2017 se propose de mettre en confrontation ces transferts de la romanité, qui puisent à la source de multiples imaginaires (républicain, impérial, civique, chrétien etc.), à l’appui d’un panorama de ces Romes nouvelles de la période moderne, qui vont de la Constantinople ottomane jusqu’à Washington en passant par Paris, Londres, Madrid ou Moscou, sans oublier le Saint-Empire-Romain-Germanique, le monde colonial et la Rome pontificale elle-même.

Organisé à l’initiative de Martin Wrede et Gilles Montègre, ce colloque international de l’université Grenoble Alpes associe le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) et le LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe).

 

Séminairevendredi 28 Avril 2017

TRANSVERS-HN : Séminaire transversal de recherche et formation en Humanités Numériques

10h30-12h00 : Conférence et 14h30-16h30 : Atelier  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes et Salle de réunion

Co-organisé par la MSH Alpes et l'ISH, coordonné par Elena Pierazzo, responsable de l'Axe Humanités Numériques, MSH Alpes.

La MSH Alpes (Grenoble) et l’ISH (Lyon) organisent en partenariat un séminaire annuel reconductible, sur 4 séances, de recherche et formation en Humanités Numériques, à destination des doctorants, chercheurs et enseignants chercheurs

Cette première séance du vendredi 28 avril se divisera en deux temps avec, en matinée, une conférence de Ségolène Tarte qui portera sur  "Numérisation, matérialité, et cognition : dialogues épistémologiques autour de l’interprétation d’artefacts textuels" suivie, l'après-midi, d'un atelier de recherche mené par Ségolène Tarte  "Interdisciplinarité et Humanités Numériques".

Dr Ségolène Tarte, chercheuse à l’Université d’Oxford depuis 2008, après une formation en Maths (Grenoble) et en Ingénierie Biomédicale (PhdD - Bern), s’est spécialisée plus avant dans des travaux interdisciplinaires qui impliquent  les recherches en sciences humaines et en lettres. Son parcours en Humanités Numériques et Expérimentales est en particulier marqué par l'exploration de méthodes de traitement d’image pour la papyrologie, couplée à des investigations ethnographiques et cognitives sur la nature de l’expertise paléographique.
Les thèmes récurrents de ses travaux sont : (1) le rapport entre le visuel et le sens (que ce soit du point de vue de l’acte papyrologique/paléographique ou de la programmation informatique, ou encore dans le contexte plus général des méthodes de visualisation), (2) l’épistémologie des disciplines, et (3) l’expérimentation autour de méthodologies mixtes pluridisciplinaires.

PROGRAMME

10h30-12h00 | Conférence : Numérisation, matérialité, et cognition : dialogues épistémologiques autour de l’interprétation d’artefacts textuels - Entrée libre sans inscription

Les humanités numériques ont à coeur une approche interdisciplinaire : elles se nourrissent des rapports entre les sciences humaines, les sciences historiques et littéraires, les sciences de l’information, mais aussi les sciences médicales et biologiques. Cette conférence de Ségolène Tarte ouvre une fenêtre sur la possible collaboration interdisciplinaire entre les sciences de l’antiquité et l’imagerie biomédicale et démontre que le rapport entre les deux permet des échanges réciproques et féconds.

14h30-16h30 | Atelier de recherche : Interdisciplinarité et Humanités Numériques -  Sur inscription obligatoire

A NOTER
Pour les doctorants de l'Université Grenoble Alpes et après contacts avec les Ecoles Doctorales, ces formations pourront être créditées en ECTS dans leur parcours.

CONTACT : Elena Pierazzo

Colloque internationalmercredi - vendredi, 10 - 12 mai 2017

Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563). Stratégies politiques, enjeux, confrontations

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Depuis l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les évêques et les communautés religieuses, cléricales ou monastiques, font partie intégrante des élites sociales et politiques et se conçoivent difficilement les uns sans les autres. Les premiers,par leur ministère, sont les consécrateurs des églises et ceux qui les réconcilient, ils ordonnent les clercs et ont, au Moyen Âge, clairement fondé leur puissance sur leur emprise territoriale.Les seconds utilisent ou contestent la tutelle épiscopale pour asseoir et développer leur puissance. Sur une chronologie qui court de la réforme carolingienne au concile de Trente,en privilégiant donc l’intégration comparatiste de différents types de communautés religieuses, régulières et séculières, le propos de ce colloque sera d’envisager différents aspects des relations entre ces deux pôles et d’examiner l’action épiscopale déployée dans les diocèses à destination particulière des établissements collectifs. Ces communautés religieuses sont définies surtout comme communautés canoniales et monastiques, y compris les ordres militaires, ce qui n’exclut pas pour autant les Mendiants et intègre aussi tout le pan des relations entre évêques et chapitres cathédraux.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers.

Conseil scientifique
- Christine Barralis (Université de Lorraine, ea 3945 crulh)
- Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, umr 8584 lem-cercor)
- Anne Massoni (Université de Limoges, ea 4270 criham)
- Brigitte Meijns (Université catholique de Louvain)
- Charles Mériaux (Université de Lille 3, umr 8529 irhis)
- Thierry Pécout (Université Jean Monnet Saint-Étienne, umr 8584 lem-cercor)
- Vincent Tabbagh (Université Bourgogne Franche-Comté, umr 6298 artéhis)

Contacts :
Noëlle Deflou-Leca
Anne Massoni
 

Rencontreslundi 15 mai 2017

Mythes et réalités de l'innovation à l'heure de l'économie collaborative et du partage

17h30-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Dans le cadre du cycle de conférence Les Lundis de l’Innovation, Promising vous donne rendez-vous avec Edwin Mootoosamy, co-fondateur de OuiShare.

Joseph Schumpeter, et plus largement la lecture de l’économie via des cycles d’innovation a le vent en poupe à l’heure du développement de « l’économie collaborative », de « l’uberisation » et plus largement de la diffusion du numérique à différentes sphères de la société.
Nous verrons les apports de cette grille avant d’en appréhender les limites.
Nous tenterons surtout de caractériser la place que cette grille de lecture a prise dans le débat public,  de mettre en lumière la légitimation pseudo-scientifique qu’elle confère aux politiques libérales.
Nous proposerons de la renverser et, ainsi, de libérer une forme de créativité politique.
L’objet étant de construire ou de reconstruire un discours rassembleur autour de l’innovation sans pour autant tomber dans les travers du passé.

 
Edwin Mootoosamy : Co-fondateur de OuiShare, Edwin a toujours cherché à tisser des ponts entre des marges innovantes et les institutions, qu’elles soient politiques ou économiques. Il termine aujourd’hui une thèse en sciences humaines qu’il a effectué au sein d’une des directions innovation de Renault. Cette thèse a pour ambition de proposer une lecture de l’impact du numérique sur un industriel comme Renault et, plus généralement, d’offrir une vision renouvelée du futur.
Edwin intervient auprès de différentes formations (IAE, CELSA…) ainsi qu’auprès d’acteurs économiques de différents secteurs (Groupama, Air Liquide, Carrefour…). Il cherche à dépasser une lecture parfois trop radicale des transformations portées par le numérique pour en proposer une appréhension plus fine.
 

Conférencemardi 16 mai 2017

Se marier en France au 21ème siècle

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisée par la MSH-Alpes dans le cadre du cycle Avenue centrale et animé par Luc Gwiazdzinski. En partenariat avec Université Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, IGA, Pacte, BU Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet, Librairie La Dérive.

Pourquoi le mariage paraît-il  "à la mode" alors que le nombre d’actes enregistrés à l’État civil ne cesse de diminuer ? Pourquoi les cérémonies de mariage se ressemblent-elles autant alors que chaque couple cherche à élaborer une fête originale et personnalisée ? Pourquoi faut-il désormais plus d’un an pour préparer son mariage ?
Une enquête de terrain réalisée auprès de jeunes mariés depuis 2001 permet de répondre à ces questions. Le mariage n’a plus une fonction initiatrice, mais une fonction expressive du couple, dans une société individualiste exhortant à la "réalisation de soi".

Florence Maillochon est sociologue, directrice de recherche au CNRS au Centre Maurice Halbwachs. Elle analyse la construction des rapports sociaux de sexe au cœur des relations intimes. Ses travaux sont consacrés à l’étude du mariage en France et à l’étude des sociabilités et sexualités adolescentes.

Conférencemercredi 17 mai 2017

Nomade, citoyenne, responsable… l’entreprise a-t-elle une âme ?

19h00  |  La Bobine - 42, Bvd Clémenceau, Grenoble

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, La Bobine, Youtopie et avec le soutien financier de l'IDEX Université Grenoble Alpes.

Nomade, citoyenne, responsable… l’entreprise a-t-elle une âme ? Ce que donne à voir la science économique

Dans le cadre du nouveau cycle de conférences participatives Lieux dits, les sciences humaines prennent place, cette rencontre sera animée par Jean-Pierre Chanteau, Enseignant-chercheur en économie à l'Université Grenoble Alpes (UGA).

Jean-Pierre Chanteau analyse les modes de régulation de la mondialisation dans la perspective d’un développement durable dont la priorité serait une meilleure intégration sociale des citoyens. L’entreprise en est-elle la solution ou le problème ?
Lors de cette rencontre seront notamment discutées les questions de délocalisation / localisation, gouvernance et responsabilité sociale des entreprises...
Un éclairage scientifique bienvenu sur ce défi majeur de transition économique !

Accès gratuit et ouvert à tous sur inscription : https://lieux-dits.eventbrite.fr (ouverture de la billetterie le 26 avril)

Conférencejeudi 8 Juin 2017

Cyberattaques, Hack-back : Enjeux de sécurité nationale & internationale

19h30  |  Cowork in Grenoble - 16 Boulevard Maréchal Lyautey, Grenoble

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Cowork in Grenoble, Youtopie, Grenoble Alpes Data Institute, AMNECYS et avec le soutien financier de l'IDEX Université Grenoble Alpes.

Dans le cadre du nouveau cycle de conférences participatives Lieux dits, les sciences humaines prennent place, cette rencontre sera animée par Théodore  Christakis, Professeur de droit international, Membre Senior de l'Institut Universitaire de France et directeur du Centre d'Etudes sur la Sécurité Internationale et le Coopérations Européennes (CESICE).

L’essor dramatique des cyberattaques dans lesquelles sont impliquées des Etats et des acteurs privés constitue une véritable menace pour la paix et la sécurité internationales. Non seulement ces attaques menacent les activités des entreprises et la protection des données et de la vie privée mais elles constituent aussi souvent une source majeure de tensions entre les Etats, comme démontré encore récemment avec le «hacking» du parti démocrate aux Etats-Unis.
Comment donc répondre aux cyberattaques ?
La réponse à cette question nécessite d’abord un examen du cadre général du droit international pour définir les droits et les obligations des Etats.
Mais les acteurs privés jouent aussi un rôle prépondérant dans ce domaine, de la prévention des cyberattaques aux mesures de «cyber-défense active» qui peuvent parfois aller jusqu’à l’utilisation de techniques offensives comme le «hacking back». Les activités du secteur privé en matière de sécurité du numérique ne vont toutefois pas sans soulever différentes questions et controverses, tant politiques, qu’éthiques, techniques et, surtout, juridiques.
Cette conférence de Théodore Christakis, permettra d’examiner si les acteurs privés peuvent déclencher unilatéralement des mesures cyber-offensives en conformité avec le droit et aussi si les Etats devraient autoriser le hack-back et/ou s’appuyer sur des acteurs privés pour répondre aux cyberattaques.

Accès gratuit et ouvert à tous sur inscription : https://lieux-dits.eventbrite.fr (ouverture de la billetterie le 18 mai)

Conférencemardi 13 Juin 2017

Mobilités ambiguës et sociétés contemporaines

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisée par la MSH-Alpes dans le cadre du cycle Avenue centrale et animé par Luc Gwiazdzinski. En partenariat avec Université Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, IGA, Pacte, BU Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet, Librairie La Dérive.

Depuis une trentaine d'année, plus que jamais sans doute dans l'histoire de l'humanité, la mobilité est devenue centrale dans la vie des personnes. Au sein d'un couple, souvent l'un et l'autre exercent leur profession dans des villes différentes. Dans leur existence pimentée de vols lointains pour le travail ou les loisirs, ils bougent sans cesse. Se sentent-ils pour autant plus libres ? En outre, ils tiennent à s'enraciner dans leur maison de campagne.

Ce va-et-vient caractérise la société contemporaine, ample phénomène dont Vincent Kaufmann analysera ici les conséquences : éclatement urbain, rôle impérieux de la voiture, embouteillage des transports, sort des enfants, et surtout capacité personnelle de s'adapter à cette mobilité, financièrement et mentalement, sous peine d'être marginalisé.

Cette conférence s’appuiera sur la nouvelle édition revue et actualisée de son ouvrage "Les paradoxes de la mobilité : Bouger, s'enraciner" (2017, Presses polytechniques et universitaires romandes).

Vincent Kaufmann est professeur de sociologie urbaine et d’analyse des mobilités à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Il dirige le laboratoire de sociologie urbaine  (LASUR). Depuis 2010, il est en outre directeur scientifique du Forum Vies Mobiles, un institut de recherché financé par la SNCF sur l’écomobilité. Ses travaux actuels portent sur la mobilité et ses liens avec la transformation des sociétés contemporaines et de leurs territoires.

 

Conférencejeudi 22 Juin 2017

Jacques Lecomte : Empathie et coopération. Leviers de progrès social

12h15-13h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Coordonné par Rébecca Shankland, organisé en collaboration par la MSH Alpes, le LIP et l'UFR SHS, avec le soutien de la Chaire Mindfulness, bien-être au travail et paix économique, GEM.

Conférence de Jacques Lecomte dans le cadre du cycle "Fil Good. Lier la recherche et le bien-être en société"

La psychologie positive ne se limite pas à l’étude du bonheur individuel, mais comporte une dimension collective et même sociétale.  Elle nous apporte de nouvelles connaissances sur l’être humain, qui peuvent avoir des applications pratiques très concrètes. Ainsi, la coopération et l’empathie ont du sens non seulement dans les relations interpersonnelles, mais également au niveau social et politique, et peuvent ainsi contribuer au bien commun. Ceci a été constaté dans des domaines aussi divers que l’éducation, la santé publique, le travail social, la justice, l’économie, l’environnement, l’entreprise, les relations internationales, etc.

Docteur en Psychologie, Jacques Lecomte est l’auteur de nombreux ouvrages de psychologie positive dont Les entreprises humanistes (Les Arènes, 2016).

Cette conférence de 45 minutes sera suivie de la présentation d'une étude menée par des chercheurs de la région (Arnaud Carré, Maître de Conférences en Psychologie, LIP/PC2S, Université Savoie Mont-Blanc).

La conférence sera également retransmise en direct dans le hall de la Bibliothèque Droit-Lettres, elle sera ensuite mise en ligne sur nos chaînes YouTube et Podcasts de l'Université de Grenoble.

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Conférencejeudi 29 Juin 2017

Extérieur nuit, penser les nuits urbaines

20h00  |  Parc Paul Mistral & La Bobine - 42, Bvd Clémenceau, Grenoble

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, la Ville de Grenoble, La Bobine, Youtopie et avec le soutien financier de l'IDEX Université Grenoble Alpes.

Dans le cadre du nouveau cycle de conférences participatives Lieux dits, les sciences humaines prennent place, cette rencontre sera animée par Luc Gwiazdzinski, Géographe, enseignant-chercheur à l'Institut de Géographie Alpine (IGA / Pacte - UGA).

Une rencontre dans le parc Paul Mistral, au pied de la Tour Perret.
L’occasion de réfléchir à l’espace et au temps que nous laissons à la nuit dans nos sociétés connectées et nos villes éclairées.
S’interroger sur la colonisation de la nuit par le jour et sur une société qui néglige les temps de pause et les espaces vacants.
Une conférence sur l'herbe, à la tombée du jour, pour se parler, échanger sur la nuit et sur les rythmes de nos vies et de nos villes.
L’occasion de développer une pensée nuitale loin de la raison du jour. Un entre-deux idéal pour penser (ou panser ?) la nuit et les temps de la ville.

Accès gratuit et ouvert à tous sur inscription : https://lieux-dits.eventbrite.fr (ouverture de la billetterie le 8 juin)