Accueil MSH-Alpes


Évènements passés

SéminaireMonday 18 November 2019

Les controverses liées aux barrages de Loyettes et de Gordon-below-Franklin. Quelle place pour les savoirs scientifiques ?

13h30-16h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Séminaire de la MSH-Alpes & de l'UGA, organisé et animé par Mikaël Chambru, Maître de conférences à l'UGA et membre du GRESEC.

Séance 6 du séminaire Sciences, société et communication avec Sylvia FLAMINIO (IGD, Université de Lausanne).

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux masters 2, doctorant·es, chercheuses et chercheurs et professionnel·les intéressé·es par ces questions. Si vous souhaitez participer, merci de vous inscrire préalablement auprès de Mikaël Chambru

L’actualité du séminaire est à retrouver sur son carnet de recherche et sur twitter avec le #SSCgre.

 

SéminaireMonday 18 November 2019

Les séries télévisées et les séries à la télévision : des sources pour l’histoire

14h00-17h00  |  Salle du 2nd étage

LARHRA

Séance du séminaire de l'atelier Images-Sons-Mémoires.

Isabelle Gaillard (LARHRA, UGA) Les séries: quelle(s) histoire(s)?
Evelyne Cohen (LARHRA) La baladodiffusion : de la réécoute à la création sonore de podcasts

*****

Initié en 2012, le séminaire de la transversalité́ Images-sons-mémoires s’intéresse à l’histoire et aux modes de construction des mémoires visuelles et sonores. Il prend en compte l’analyse des supports écrits, sonores et imagés de la mémoire. Il analyse les formes de narration, les modes de représentations et les formes de sensibilités qui l’expriment. Il étudie les usages qui en sont faits.

Les séances abordent des objets qui participent d’une histoire visuelle, sonore et audiovisuelle du contemporain. Un des objets du séminaire est de croiser les approches des historiens de l’art avec celles de l’histoire sociale et culturelle.

Le programme de l’année 2019-2020 s’intéresse à l’histoire et à la production des cultures visuelles, sonores et sensibles. Il peut s’agir de sources pour l’historien à la recherche de documents dont les formes particulières de diffusion fondent leur spécificité. Souvent destinées à un large public, ils sont traversés par des imaginaires : ceux des amateurs ou ceux des auteurs de fictions notamment. Ces formes, que l’on pourrait croire impures, ouvrent d’autres approches au sein desquelles la rigueur scientifique côtoie la sensibilité d’un public amateurs de séries, de reconstituions, de souvenirs ou de nostalgies. Il en résulte une histoire plus riche portée par des formes nouvelles dont il convient de faire l’histoire, de l’enregistrement sonore au jeu vidéo, afin que l’historien s’en saisisse à son tour, comme matière ou comme outil.

Les séances se déroulent sauf exception les lundis de 14 à 17 heures à Grenoble (MSH-Alpes, 1221 Avenue Centrale, 38400 Gières) et à Lyon (MSH Lyon-Saint-Etienne, 14 avenue Berthelot, 69007, Lyon).

ConférenceSaturday 16 November 2019

La schizophrénie : une maladie du cerveau ?

16h00-17h30  |  Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Organisée par la MSH-Alpes, le Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie et les Bibliothèques Municipales de Grenoble.

Conférence 1 heure de psy de Catherine Bortolon, docteur en psychologie et maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes.

Les personnes ayant reçu un diagnostic de schizophrénie peuvent-elles vivre une vie sans traitement médicamenteux ? Existe-t-il d’autres traitements pour la schizophrénie ?
Cette conférence apportera des éléments pour mieux comprendre la schizophrénie d’un point de vue psychologique et quel peut être l’accompagnement des personnes qui en sont atteintes.

Un évènement organisé dans le cadre du Mois de l’accessibilité

Bibliographie en lien :

Sadeq Haouzir Les schizophrénies (Dunod, 2019)
Reymund Schwan La schizophrénie : savoir pour guérir (Ellipses, la réponse du psy, 2019)
Schizophrénie : un mécanisme cérébral enfin identifié (Cerveau et Psycho, n°111, juin 2019)

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Lieu : Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

 

RencontresThursday 14 November 2019

Prix du roman des étudiants : Rencontre avec Emma BECKER

13h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Bibliothèque Bulles, UFR LLASIC, France culture - Télérama

Le Prix du Roman des étudiants France Culture - Télérama favorise la rencontre entre la littérature française d’aujourd’hui et la jeunesse, et récompense chaque année un roman écrit en langue française. L’événement est soutenu par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation et le Centre national du Livre.

Rencontre littéraire
Bulles, la bibliothèque d'UFR Langage, lettres et spectacle, a le plaisir d'accueillir Emma Becker autour de son livre La Maison (Éd. Flammarion, 2019). Une rencontre animée par Laurent Demanze.

Résumé
"J’ai toujours cru que j’écrivais sur les hommes. Avant de m’apercevoir que je n’écris que sur les femmes. Sur le fait d’en être une. Écrire sur les putes, qui sont payées pour être des femmes, qui sont vraiment des femmes, qui ne sont que ça ; écrire sur la nudité absolue de cette condition, c’est comme examiner mon sexe sous un microscope. Et j’en éprouve la même fascination qu’un laborantin regardant des cellules essentielles à toute forme de vie."

Venez participer aux échanges et débats autour du roman d'Emma Becker !

Entrée libre, ouverte à tous.

 

Romans sélectionnés
Les livres qui seront soumis cette année aux étudiants-jurés sont :

  •     Emma Becker : « La Maison » (Éditions Flammarion)     
  •     Marie Darrieussecq : « La Mer à l’envers » (Éditions P.O.L)    
  •     Jean-Paul Dubois : « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » (Éditions de l’Olivier)    
  •     Sylvain Prudhomme : « Par les routes » (Éditions L'arbalète/Gallimard)  
  •     Monica Sabolo : « Eden » (Éditions Gallimard)
     

AutreTuesday 12 November 2019

Premières nuits, premiers regards

12h15-15h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Ethnologie et Cinéma, MSH-Alpes

Dans le cadres des XXIIIe Rencontres autour du Film Ethnographique, venez découvrir, en présence des réalisateurs et des réalisatrices, les premiers films ou films d'études de jeunes cinéastes et discuter de leur travail autour d'un buffet !

-- Entrée libre --

Programme des projections

Derrière la vitre, la nuit du 13 juillet 2006
Pierre Cassel - Créadoc Université de Poitiers - 2018 - 16’

Enfant, Pierre Cassel passe cinq années à Beyrouth. En plein conflit israélo-libanais, la capitale est bombardée la nuit du 13 juillet 2006. Derrière la vitre, sa famille et lui regardent. Des années plus tard, le réalisateur tente, en croisant les souvenirs de différents individus, de revenir sur cette nuit-là.

Retiens la nuit
Juliette Bayer-Broc - Ecole documentaire de Lussas - 2016 - 19’

Que reste-t-il de l’enfance, des proches et des espaces envolés ? Comment approcher nos souvenirs, les attraper ? Retiens la nuit est un chemin singulier, une observation du présent pour mieux embrasser ce et ceux qui semblent avoir disparu dans l’obscurité.

Selemela
Erika Nieva da Cuhna - HEAD-Genève - 2018 - 16’

Elles ont accepté d’être filmées, ces huit sex workers de Maseru, tant leurs vies sont exposées à des violences, qui sont autant d’humiliations quotidiennes. C’est avec un sens du jeu burlesque et un humour dévastateur qu’elles se mettent spontanément en scène. Elles improvisent un rituel dont la générosité est dansée, chantée - une ode à leur dignité.

Braille
Jorge Candena - HEAD-Genève - 2018 - 9’

Pour un homme malvoyant, les gestes du quotidien se font dans une plus ou moins grande obscurité. Le rapport au monde se situe là où les sens sont décuplés. Comment filmer un homme aveugle, comment rendre compte de la différence de perception du monde ?

La Nuit des Krampus
Pierre-Yves Beaulieu - INIS (Montréal) - 2018 - 16’

Les Krampus accompagnent Saint Nicolas en décembre pour effrayer les enfants et les raviser de désobéir à leurs parents, avant de leur offrir un cadeau. Le film, regard d’un québécois sur une vieille tradition bavaroise, interroge la persistance des traditions ainsi que leur pertinence et leurs ambivalences.
 

ColloqueWednesday - Friday, 6 - 8 November 2019

Comment (re)penser l’enseignement du théâtre dans les différents contextes d’éducation ?

9h00 - 17h45 le 6/11 | 9h00 - 18h15 le 7/11 | 9h30 - 17h00 le 8/11  |  Maison des Langues et des Cultures et MSH-Alpes (Salle du 2nd étage)

Litt&Arts

Ce colloque, co-organisé par LITEXTRA, sera l'occasion de s’interroger sur la nécessité éducative des pratiques théâtrales afin d’explorer et théoriser des pistes innovantes ou reconfigurées.

En France, il n’y a pas eu de colloque universitaire international consacré à l’enseignement du théâtre, dans toutes ses formes, depuis 2 à 3 décennies.

Alors que des évolutions majeures ont eu lieu depuis les années 1970 tant dans le domaine des pratiques d’enseignement que dans le domaine de l’esthétique théâtrale, alors que les relations qu’entretient l’école avec les territoires et les collectivités sont là aussi en pleins changements, il paraît nécessaire de se questionner aujourd’hui, dans un monde globalisé marqué par les effets de la grande révolution numérique en cours (Morin, Serres, Meirieu et Stiegler), sur la place que peut/doit avoir l’enseignement du théâtre dans l’école et dans les sociétés, en France et dans d’autres pays, en confrontant les points de vue et les modèles issus de différentes cultures.

Plus que jamais mais de façon renouvelée, il paraît opportun de s’interroger sur la nécessité éducative des pratiques théâtrales dans leur grande diversité (entre lecture et plateau, jeu et écriture, réception et création, en passant par la dramaturgie) afin d’explorer et théoriser des pistes innovantes ou reconfigurées, dans un contexte international.

Le colloque s’ouvrira en dressant un état des lieux des relations institutionnelles entre le théâtre, l’école, les collectivités et la société dans différents pays (France, Canada-Québec, Brésil, Chili, Bolivie, Italie, Grande-Bretagne, Suisse) : quelle histoire et quelles conceptions, en particulier quelle place pour le partenariat artiste/enseignant ? Quels dispositifs, quels textes officiels ?

Les différentes communications s’inscriront dans les axes suivants :

Axe 1 — Relations entre le théâtre, l’éducation et la société
Axe 2 — Articulation entre apprentissages scolaires et pratiques théâtrales
Axe 3 — Place et statut de l’approche dramaturgique
Axe 4 — Pratiques de mise en voix/mise en espace
Axe 5 — Pratiques de médiation théâtrale

Chaque axe s’ouvrira par un cadrage historique et théorique en plénière, avant les sessions (de 2 à 3 en parallèle). Le colloque mêlera des communications universitaires, des récits d’expérience et des temps de tables rondes. Il comprendra aussi un spectacle et une lecture théâtralisée.

Ce colloque est la première étape d’un projet international sur l'enseignement du théâtre, porté conjointement par l’Université Grenoble Alpes (UGA), l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Association Nationale de Recherche et d’Action Théâtrale (ANRAT) à Paris. Il sera suivi de deux journées de colloque à Paris (25 et 26 février 2020) et d’un symposium à Montréal (automne 2020), dont les dates précises sont à définir.

ConférenceThursday 7 November 2019

Pour une neurophysiologie de l’imaginaire

17h30-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Conférence de Philippe Walter organisée par l’Association des Amis du CRI.

Philippe Walter est notamment l’auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages passionnants révélant les substrats mythiques des grandes figures de la littérature médiévale. Il a également dirigé l’impressionnante somme que composent les trois tomes du Livre du Graal ainsi que, récemment, Les Lais du Moyen-Âge, le tout à La Pléiade.

ConférenceTuesday 5 November 2019

Pourquoi un leader doit être exemplaire

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec : Université Grenoble Alpes, Grenoble INP, CNRS, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Sciences Humaines.

Conférence du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines" avec Tessa Melkonian.

L’exemplarité est une notion simple. Toute personne la comprend, même l’enfant très jeune en perçoit immédiatement la clarté et la puissance. On pourrait dire qu’elle est transversale à l’humanité dans son ensemble : toutes les philosophies et spiritualités du monde bâtissent sur l’idée d’un « leader exemplaire » pour guider, notamment dans les moments difficiles.
Pourtant, l’actualité est riche de cas de leaders et dirigeants qui semblent en oublier l’importance et affichent des comportements aux antipodes de l’éthique personnelle qu’ils déclarent s’appliquer.
Comment ces personnes, la plupart du temps très éduquées et investies dans leur devoir, peuvent-elles sous-estimer à ce point l’impact de leur manque d’exemplarité ?
Cette conférence proposera un certain nombre de réponses à cette question d’actualité.

Tessa Melkonian est professeur en Management et Comportement Organisationnel à emlyon business school.
Ses recherches portent sur l’influence de la justice et de l’exemplarité sur l’acceptation du changement et sur la performance collective en situations extrêmes.
En 2013, elle a reçu le prix académique de la recherche en management décerné par le Syntec et en 2016, le prix AGRH de la meilleure recherche francophone. Elle intervient aujourd’hui auprès de nombreuses entreprises sur la question de la performance collective en situation de changement.

Elle vient de publier l'ouvrage "Pourquoi un leader doit être exemplaire"  (UGA Éditions, Presses universitaires de Grenoble, septembre 2019).

Entrée libre
Cette conférence sera aussi retransmise en direct : https://youtu.be/l2PqdiPsXfY

 

SéminaireMonday 4 November 2019

Linky à la une ! La création d’un objet connecté ou les smart grids comme processus d’innovation

13h30-16h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Séminaire de la MSH-Alpes & de l'UGA, organisé et animé par Mikaël Chambru, Maître de conférences à l'UGA et membre du GRESEC.

Séance 5 du séminaire Sciences, société et communication avec Aude DANIELI (CNRS-LATTS, Université Paris Est).

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux masters 2, doctorant·es, chercheuses et chercheurs et professionnel·les intéressé·es par ces questions. Si vous souhaitez participer, merci de vous inscrire préalablement auprès de Mikaël Chambru

L’actualité du séminaire est à retrouver sur son carnet de recherche et sur twitter avec le #SSCgre.

 


 

Journée d’étudesFriday 25 October 2019

Littérature de femme vs littérature de «dame» dans le discours critique littéraire en Russie (XXe-XXIe siècles)

Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Journée d'étude organisée par le CESC (ILCEA4).

La journée d’étude organisée par le CESC (ILCEA 4) a pour le but de questionner la récéption du travail littéraire féminin par la critique russe du XXe-XXIe siècles.
On réfléchira, entre autres, à des parallèles possibles entre les périodes marquées par l’essor de l’écriture au féminin en Russie, à savoir : fin du XIXe – début du XXe et fin du XXe – début du XXIe siècle. Même si le contexte historico-culturel et les circonstances du travail littéraire des femmes auteures n’étaient pas les mêmes, il est néanmoins possible de cerner certains traits communs : outre le nombre important de femmes qui prennent la plume à ces périodes,  on peut évoquer l’exploration par certaines femmes écrivains des questions tabous de l’existence féminine (vie intime, corps, accouchement, avortement) et la violence du discours critique qui ne cesse de parler de : littérature de bonne femme (бабская литература), littérature de dame ( дамская литература), confession gynécologique (гинекологическая исповедь), prose menstruelle (менструальная проза), JP (ЖП)... pour dévaloriser les textes de femmes et imposer ainsi un amalgame entre écriture au féminin et mauvaise qualité.
Ce parallélisme permettrait non seulement de (r)établir des liens entre les deux époques en question, mais également d’examiner la formation et le fonctionnement du canon littéraire vis-à-vis de l’écriture des femmes, ce qui contribuerait à la réapparition des noms oubliés et leur accorderait peut-être un autre statut et une autre valeur artistique.