Accueil MSH-Alpes


Syndiquer le contenu

Évènements à venir

Rencontresjeudi - vendredi, 21 - 22 Septembre 2017

6es Rencontres doctorales internationales en philosophie des sciences

9h30-17h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

PPL, UGA

En vue de favoriser les échanges entre jeunes chercheur(se)s en philosophie des sciences et de participer à la constitution d’un réseau de jeunes chercheur(se)s au niveau international, la Société de philosophie des sciences organise chaque année des Rencontres doctorales internationales en philosophie des sciences (RDIPS).

En 2017, ces rencontres se tiendront à l’Université Grenoble Alpes, les jeudi 21 et vendredi 22 septembre.

Stéphanie Ruphy (Univ. Jean Moulin - Lyon III) et Henri Galinon (Université Clermont Auvergne) seront les conférenciers invités.

Conférencelundi - mardi, 25 - 26 Septembre 2017

Tenir. Douleur chronique et réinvention de soi

Lundi 25 septembre de 18h à 20h / Mardi 26 septembre de 10h à 12h  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Événement co-organisé par le Laboratoire des Sciences de l'Education (LSE) et la MSH-Alpes.

Conférence et séminaire avec David Le Breton, Professeur de sociologie et anthropologie à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire Dynamiques Européennes (DynamE), UMR 7367.

Lundi 25 septembre : conférence  sur son dernier ouvrage intitulé "Tenir. Douleur chronique et réinvention de soi" (Métailié, 2017) et qui prendra la forme d’une discussion animée par Alain Blanc, questionnant l’auteur sur son livre et ses précédents travaux.

Mardi 26 septembre : séminaire par Alain Blanc, durant lequel  David  Le  Breton  apportera  ses  réflexions  à  la  question "Qu’est-ce que penser le corps ?". Par la suite, il développera un second point portant sur "Observer le corps".

Accès est libre et gratuit, sans inscription

-------------

Résumé de l'éditeur - "Tenir. Douleur chronique et réinvention de soi" (Métailié, 2017)

Tout humain normalement constitué sait qu’une vie sans douleur est impensable mais, de là à ce qu’elle soit chronique, il y a une marge que David Le Breton explore magistralement.
L’examen des itinéraires personnels de “douloureux chroniques” auquel se livre l’auteur montre que, si elle abîme profondément l’existence de nombre de patients, d’autres trouvent au fil du temps un soulagement ou un compromis, mais paradoxalement elle protège certains patients d’autres souffrances plus redoutables encore.
Il est temps, dit David Le Breton, que l’on développe davantage une médecine de la douleur centrée sur l’expérience intime des personnes afin de les aider, sinon à guérir, à accomplir une “réinvention de soi”, autrement dit une réorganisation radicale de leur existence avec et autour de cette douleur chronique à tous les niveaux de leur quotidien, autrement dit à “tenir”.
Dans cette enquête passionnante qui nous concerne tous de près ou de loin, le sociologue explore, consulte, interroge autant ceux et celles qui vivent cette douleur inexpliquée que les soignants qui essayent de juguler ce mal chronique.
 

Soutenance de thèsemardi 26 Septembre 2017

Soutenance de thèse Marine Rougier

13h00-17h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Laboratoire LIP / PC2S

Autrejeudi 28 Septembre 2017

De la décentralisation à la réforme territoriale. Invariances et mutations des institutions locales françaises

13h00-17h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Laboratoire PACTE

Soutenance HDR de Thomas FRINAULT.

Colloquemercredi - jeudi, 4 - 5 Octobre 2017

Les discours rapportés en contexte épistolaire (XVIe-XVIIIe siècles)

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LITT&ARTS en partenariat avec EA STIH

L'objectif de ce colloque international, co-organisé par RARE et l'EA STIH (Univ. Paris-Sorbonne), est d'apporter un éclairage nouveau sur la problématique de la polyphonie, à partir d’un questionnement ciblé sur le genre de la lettre, lieu où le locuteur prend en charge la parole de multiples autres.

Ce colloque vise à renouveler l’approche stylistique de la lettre, en déplaçant la problématique de la diaphonie (reprise des paroles du destinataire) vers la polyphonie (intégration des discours de locuteurs multiples). Depuis le début des années 2000, l’apparition de nouveaux outils pour l’étude du discours rapporté (Rosier, 1999) a prouvé la fécondité d’un examen serré des formes de la polyphonie, ainsi que l’utilité d’une approche selon les genres de discours (Rabatel, 2004 ; Lopez-Muñoz et al., 2006). Pourtant, aucun ouvrage n’a encore été consacré au seul genre épistolaire, dont l’intérêt semble évident sur cette question, en raison de la circulation des discours et de leur mise en scène, inhérentes à la lettre. Que l’épistolier relate des scènes agrémentées de paroles rapportées, qu’il prétende transcrire des conversations ou transmettre tel propos d’un tiers, la polyphonie est naturellement au cœur de textes qui consistent, pour une part, en l’orchestration adressée de diverses voix – autres que celle de l’épistolier et de son co-énonciateur.

Il invite ainsi à interroger un genre qui n’a rien d’unifié – lettres fictives ou authentiques, statuts divers des épistoliers, modalités variées de circulation des lettres, etc. La lettre, « hypergenre » s’il en est (c’est-à-dire moins un genre de discours socio-historiquement défini qu’un cadre aux contraintes minimales, qui se retrouve en des temps et lieux variés), permet de confronter différentes gestions de la parole rapportée dans des contextes socio-historiques multiples.

Conférencesamedi 7 Octobre 2017

Les temporalités au fil de la vie

16h00-17h30  |  Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Organisée par la MSH-Alpes, le Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie et les Bibliothèques Municipales de Grenoble

Une conférence de Nicolas Fieulaine, maître de conférences en psychologie sociale à l'université de Lyon dans le cadre du cycle 1 Heure de psy par mois.

"Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais que je veuille l’expliquer à la demande, je ne le sais pas" Saint Augustin.

Si définir le temps est difficile, il est pourtant partout dans notre vie mentale individuelle et collective. Nos souvenirs et nos espoirs dirigent nos décisions et nos comportements, et nous n’avons pas tous la même façon d’envisager le temps. Comment se construisent ces temporalités, comment évoluent-elles ? Comment nos perspectives temporelles sont à la fois individuelles et collectives et déterminent autant notre vie personnelle que sociale ? Les recherches en psychologie permettent de mieux comprendre cette dimension cachée du fonctionnement humain et ses conséquences sur la vie en société.
 

Entrée libre et gratuite

Lieu : Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Bibliographie séléctive proposée par la Bibliothèque Kateb Yacine

  • Eric Sieroff "Psychologie de l’anticipation" (Armand Colin, 2014)
  • Pierre Buser et Claude Debru" Le temps, instant et durée : de la philosophie aux neurosciences" (Odile Jacob, 2011)
  • Hartmund Rosa "Accélération : Une critique sociale du temps" (La découverte, 2010)
  • Gilles Finchelstein "La dictature de l’urgence" (Fayard, 2011)
  • Jean-Toussaint Desanti ; conversations avec Dominique-Antoine Grisoni "Réflexions sur le temps : Variations philosophiques" (Grasset, 1992)
  • Bruno Jarrosson "Briser la dictature du temps : comprendre ce qu’est le temps pour mieux le vivre" (Maxima Laurent du Mesnil, 1996)
  • Gilles Vernet "Tout s’accélère" [DVD] (La clairière production, 2016)

Conférencemardi 10 Octobre 2017

Le robot social : mythes, réalités et application

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, IGA, Pacte, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Véronique Aubergé sur la robotique sociale et l'illusion empathique dans le cadre du cycle "Avenue centrale" et de 28 nuances de sciences 2017 (un événement de la Fête de la Science 2017 sur le campus universitaire).

Le « robot compagnon" fait aujourd’hui l’objet d’un engouement qui justifie la question de ses usages et de ses rôles, mais aussi de leurs limites.
A l'occasion de cette conférence, nous verrons que ce qui sépare le robot social d'un objet intelligent connecté n'est pas tant la complexité des compétences artificielles qu'on lui donne que des caractéristiques qui le font percevoir comme un "autre" augmentant notre espace social humain. Nous sommes en cela face à une illusion empathique.
Nous montrerons comment des robots de services non humanoïdes peuvent construire dynamiquement une relation supposée "altruiste" (sans dominance) par certaines modalités de communication de base.
Par l’étude des modes d’échanges observés entre des personnes âgées socialement isolées et le robot se dessinent des formes inédites de lien socio-affectif. L’outil robotique permet ainsi de renforcer les liens sociaux de personnes âgées en situation d’isolement et de fragilité. Cet exemple applicatif fera l'objet d'un développement et d'une interrogation critique.

Spécialiste de la robotique sociale en France, Véronique Aubergé est chercheure CNRS, responsable du Living Lab du LIG (Smart Home Domus) et dirige le département I3L (Informatique en Lettres, Langues, Langage) de l’Université Grenoble Alpes. Elle préside le comité d’éthique en Robotique Sociale de la SFTAG et est co-responsable scientifique de la Chaire industrielle d’excellence Robo’ethics de la Fondation Grenoble INP.

Une conférence animée par Luc Gwiazdzinski, géographe, enseignant-chercheur à l'IGA (UGA / CNRS).

La conférence sera également retransmise en direct dans le hall de la Bibliothèque Droit-Lettres et celui de l'IGA, elle sera ensuite mise en ligne sur nos chaînes YouTube et Podcasts de l'Université de Grenoble.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Journée d’étudesjeudi 12 Octobre 2017

Les romans anciens, fiction vraisemblable ou source scientifique ?

9h30-18h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Événement organisé par le LUHCIE, Marie-Claire FERRIES et Patrizia DE CAPITANI

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de recherches intitulé “Roman et Histoire - Histoire et Roman”.
Elle s’intéresse à des problématiques qui ont été abordées par les historiens de toutes les périodes et des littéraires de toutes les sensibilités selon des angles différents : le roman national des historiens, le roman naturaliste par les littéraires, l’histoire du genre romanesque, l’usage systématique de la littérature de fiction comme source d’histoire sociale, la place de la littérature romanesque dans la formation des identités sociales ; mais aussi l’engagement des romanciers dans leur temps.
Ce projet organisé par des littéraires et des historiens consiste à faire dialoguer les disciplines et les périodes pour décloisonner des recherches complémentaires. En effet, le rapport entre un genre appartenant à la littérature de fiction et la volonté de mettre en écriture une approche scientifique du passé apparaît vaste, complexe et fructueux. Il concerne, bien sûr, les relations entre la subjectivité assumée et la tension vers une objectivité espérée, dont les pôles peuvent être inversés comme le montrent l’opération délibérée d’appropriation sensible du passé que représente le Roman national et la tentative d’objectiviser notre rapport au temps et au réel que l’on peut retrouver dans le Nouveau Roman. Les frontières entre les deux sont mobiles.

Entrée libre et gratuite

Journée d’étudesjeudi 19 Octobre 2017

Journée Science - Société : Données satellitaires et leurs usages en montagne

9h00-18h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par PACTE - Plateforme Ouranos Envirhônalp

Conférencejeudi 19 Octobre 2017

Approche psychothérapeutique intégrative dans la prévention des conduites suicidaires

12h15-13h30  |  Salle Jacques Cartier, Maison des langues et des cultures

Coordonné par Rébecca Shankland, organisé en collaboration par la MSH Alpes, le LIP et l'UFR SHS, avec le soutien de la Chaire Mindfulness, bien-être au travail et paix économique, GEM. Réalisé avec le soutien financier de l'Inpes et en partenariat avec la revue Sens & Santé.

Conférence du Dr Déborah Ducasse dans le cadre de la nouvelle saison du cycle "Fil Good. Lier la recherche et le bien-être en société"

Avec un décès toutes les 40 secondes, l'Organisation Mondiale de la Santé fait de la prévention du suicide une priorité de santé publique à travers le monde. De nouvelles approches ont été expérimentées en vue de prévenir les rechutes en intégrant différentes pratiques dont les recherches ont fait la preuve de l'efficacité.  Il s'agit ainsi d'enseigner aux patients les connaissances scientifiques actuelles sur les conduites suicidaires, à travers des sessions didactiques et interactives, de leur proposer de développer des compétences psychologiques innovantes pour améliorer la gestion des évènements mentaux douloureux,  ce qui permet de mieux tolérer la détresse et gérer la crise, en orientant également l'attention et les actions vers des dimensions qui redonnent du sens à la vie. Les programmes développés et proposés au CHU de Montpellier s'appuient sur des pratiques issues de la thérapie d'acceptation et d'engagement, de la thérapie comportementale dialectique et de la psychologie positive.

Psychiatre-psychothérapeute au CHU de Montpellier, Déborah Ducasse est formée à la pleine conscience et à la thérapie d’acceptation et d’engagement. Elle est l'auteure avec Véronique Brand-Arpon de Borderline : Cahier pratique de thérapie à domicile(Odile Jacob, 2017).

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Les conférences du cycle "Fil Good" sont également retransmises en direct dans le hall de la Bibliothèque Droit-Lettres, Enregistrées, les vidéos après montage sont mises en ligne sur nos chaînes YouTube et Podcasts de l'Université de Grenoble.