Accueil MSH-Alpes


Syndiquer le contenu

Évènements à venir

Conférencemardi 22 Janvier 2019

Une philosophie politique de la corruption

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Thierry Ménissier, animée par Isabelle Cogitore, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Cette conférence s’appuiera sur l’ouvrage « Philosophie de la corruption » de T. Ménissier (Editions Hermann, 2018).

La notion de corruption désigne la captation illicite de moyens publics à des fins privées. L’usage courant du terme laisse entendre qu’elle est sous-tendue par une forme de perversion morale ; le Droit l’emploie comme une catégorie juridique fondamentale pour préserver les biens publics de leur mise sous tutelle par la logique de l’intérêt particulier.
Ces deux dimensions peuvent être complétées par l’apport des sciences humaines et sociales, qui la considèrent comme un phénomène irréductible tant à la transparence sociale qu’à sa régulation par la politique et à sa suppression par l’éthique.  
En prenant en compte ces différentes dimensions, nous proposons une approche originale de la corruption, reposant sur une analyse philosophique inspirée par Machiavel, l'auteur républicain des Discours sur la première décade de Tite-Live. La corruption apparaît comme un mal parce qu’elle rompt la condition d’égalité entre les citoyens. Le fait qu’elle perdure dans les démocraties contemporaines sous des formes variées suggère une certaine faillite de la thèse de Max Weber à propos de la transformation des sociétés modernes progressivement régies par « l’autorité légale-rationnelle » ; cela souligne également la réalité d’un pouvoir social structurant, un pouvoir oblique dont l’ouvrage s’attache à comprendre la logique par l’observation de cas d’espèce.  
Le problème posé par la corruption ne peut se régler par une approche purement juridique ; on ne peut pas non plus, pour les démocraties pluralistes d’aujourd’hui, espérer ranimer la vertu civique des Anciens. Dans nos sociétés « d’après la vertu civique », traversées par certaines formes irréductibles du pouvoir oblique, quelle éthique publique est aujourd’hui possible ?  

Thierry Ménissier est professeur de philosophie à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de philosophie politique et membre du laboratoire Philosophie, Pratiques & Langages (PPL, EA 3699 UGA). Il est actuellement Vice-Président Recherche en charge des sciences humaines et sociales de l’Université Grenoble Alpes.

Entrée libre dans la limite des places disponibles
 

Conférencesamedi 2 Février 2019

Quand la rigidité psychologique est un problème

16h00-17h30  |  Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Organisée par la MSH-Alpes, le Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie et les Bibliothèques Municipales de Grenoble.

Conférence 1 heure de psy de Joran Farnier.

Notre cerveau nous offre beaucoup d’occasions de faire l’expérience de la rigidité psychologique.
Lorsque nous agissons toujours de la même façon ou que nous nous soumettons à des règles ou des croyances inadaptées au contexte, lorsque nous luttons contre des pensées et des émotions que nous ne souhaitons pas vivre… et de bien d’autres manières encore… Cette rigidité nous épuise et nous prive de notre capacité à choisir ce qui nous correspond et à agir pour donner du sens à notre vie.

Joran Farnier, psychologue clinicien formé à la psychologie positive, à la thérapie d’Acceptation et d’Engagement, et à l’Approche Centrée Solution, enseigne à l’université sur les interventions efficaces en psychologie positive. Lors de cette conférence, il présentera les pistes pour passer de la rigidité à la flexibilité psychologique.

Bibliographie en lien

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Lieu : Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Conférencemardi 12 Février 2019

Anatomie d'une fraude scientifique

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Thibault Le Texier, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Conduite à l’université Stanford en 1971 par le professeur de psychologie Philip Zimbardo, l’expérience de Stanford a vu vingt-deux étudiants volontaires jouer les rôles de gardiens et de prisonniers au sein d’une fausse prison.
L’expérience devait durer deux semaines mais elle fut arrêtée au bout de six jours car « les gardiens furent brutaux et souvent sadiques, comme le résume Zimbardo, et les prisonniers, après une tentative de rébellion, furent dociles et accommodants, même si la moitié d’entre eux furent si perturbés psychologiquement qu’ils durent être libérés plus tôt que prévu ».
Devenue presque aussi célèbre que l’expérience de Milgram sur l’obéissance et souvent citée en exemple de l’influence des situations sur nos comportements, l’expérience de Stanford est pourtant plus proche du cinéma que de la science.
Entrer dans les coulisses de cette expérience, ce n'est pas seulement comprendre les biais qui guettent les scientifiques expérimentaux, c'est aussi examiner l'influence qu'ont sur la recherche les financeurs et les médias.

Thibault Le Texier est chercheur en sciences sociales.
Il est l'auteur du livre "Histoire d'un mensonge, enquête sur l'expérience de Stanford" (La Découverte/Zones, 2018).

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférencejeudi 14 Février 2019

Laïcité dans tous les sens : Français, encore un effort pour être républicains !

18h00-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes (CNRS / UGA), en partenariat avec le Rectorat de l'Académie de Grenoble, l'ESPE, les Bibliothèques Universitaires et les Bibliothèques Municipales de Grenoble.

La laïcité est toujours un objet de débat : elle passionne, parfois déchire ; elle est souvent mal comprise et mal connue. Pour aiguiser notre compréhension de ce principe essentiel à notre démocratie, et explorer les différents champs qu’il concerne (politiques, sociaux, philosophiques, religieux), la MSH-Alpes, dans le cadre de son nouveau cycle "Laïcité dans tous les sens", vous propose 5 rendez-vous interdisciplinaires avec des livres qui éclairent la richesse de cette grande idée.

Dernier rendez-vous du cycle autour de l'ouvrage de Cécile Laborde "Français, encore un effort pour être républicains !"  (Seuil, 2010), un titre présenté et discuté  par Marion Boulnois, agrégée de philosophie, PFA, formatrice académique laïcité.

En présence de Madame Catherine Biaggi, inspectrice générale, membre du conseil des sages de la laïcité.

Entrée libre - Ouvert à tous

Conférencejeudi 14 Mars 2019

La bienveillance en éducation

12h15-13h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Coordonné par Rébecca Shankland, organisé en collaboration par la MSH Alpes, le LIP et l'UFR SHS, avec le soutien de la Chaire Mindfulness, bien-être au travail et paix économique, GEM. Réalisé avec le soutien financier de l'Inpes et en partenariat avec la revue Sens & Santé.

Conférence de Christophe Marsollier dans le cadre du cycle "Fil Good. Lier la recherche et le bien-être en société".

Christophe Marsollier, Inspecteur Général de l’Education Nationale, Maître de Conférences en Sciences de l’Education, et auteur de plusieurs ouvrages, dont le dernier collectif "Bienveillance et bien-être à l’école" (Berger-Levrault, 2018), apporte son éclairage sur le rôle de la bienveillance en éducation.

A la lumière des travaux de recherche montrant que la bienveillance constitue une vertu éducative particulièrement chargée d’enjeux, il s’agira d'expliciter les formes et les exigences de cette posture éthique. Les mécanismes de développement de la vulnérabilité nous conduiront à repérer les conditions dans lesquelles la bienveillance permet de renforcer la résilience des enfants/adolescents et de contribuer à leur épanouissement personnel.

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Les vidéos des conférences "Fil Good" sont disponibles sur notre chaîne YouTube

Conférencemardi 19 Mars 2019

L’utilitarisme contemporain : à quoi nous invite-t-il ?

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence d'Emilie Dardenne, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

L’utilitarisme vise « le plus grand bonheur pour le plus grand nombre ». Cette philosophie, qui a fait florès dans les pays anglophones, détermine la valeur morale d’une action en fonction de sa contribution à augmenter ou à diminuer le bonheur général. Concrètement, elle s’intéresse plus aux conséquences de nos choix et de nos actes qu’à leur valeur propre (comme le fait la déontologie), ou au caractère vertueux de la personne qui agit (comme le fait l’éthique des vertus).
Que sait-on de l’utilitarisme en France ? La réception de cette philosophie dans notre pays repose sur une regrettable confusion entre "utilitaire" et "utilitariste" qui, bien qu’associés dans le langage courant, ne sont pas synonymes.
Après avoir débusqué cette pierre d’achoppement, on verra ce qu’est l’utilitarisme aujourd’hui, ce sur quoi il repose, et ce à quoi il nous invite en tant que philosophie morale. A travers les idées de ses partisans contemporains, et notamment du plus célèbre d’entre eux, le philosophe Peter Singer, on verra que l’utilitarisme va bien au-delà de la seule dimension utilitaire à laquelle on l’associe.
L’utilitarisme a des effets en éthique, bien sûr, mais aussi en économie, en droit, en politique, en médecine : éthique dans un contexte de mondialisation, altruisme efficace, intérêts des animaux non humains, obligations envers les pays les plus pauvres, bioéthique et fin de vie, intérêts des générations futures etc. On se penchera sur ces objectifs, ainsi que sur les forces et les faiblesses de l’utilitarisme en tant que théorie morale. On verra aussi si les réponses qu’il propose aux questions : "que faut-il faire ?", "que doit-on faire ?" sont pertinentes en ce début de XXIe siècle.

Emilie Dardenne est maîtresse de conférences en anglais à l’Université Rennes 2. Elle s’intéresse à la philosophie utilitariste et aux animal studies contemporaines.
Ses travaux portent notamment sur la théorie de Peter Singer. Elle a co-organisé en 2015 un colloque international interdisciplinaire intitulé "La Libération Animale, quarante ans plus tard" en présence de Peter Singer.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminairejeudi 21 Mars 2019

Monnaie et souveraineté

12h00-14h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

MSH-Alpes

3ème séance du séminaire Société et souveraineté avec Jean-François Ponsot (économie politique, CREG).
 

++++++++

Quels enjeux aujourd’hui pour la souveraineté ? Est-elle la réponse politique adéquate des problèmes sociaux que traversent les sociétés contemporaines ? Peut-on imaginer une souveraineté non exclusivement nationale ? La maîtrise des enjeux de société doit-elle plutôt se situer au niveau local ?  Une réflexion pluridisciplinaire pour ce séminaire  coordonné par Thomas Boccon-Gibod et Martine Kaluszynski et centré cette année autour du thème : "Souveraineté et frontières".

Conférencemardi 9 Avril 2019

Théâtre documentaire : une écriture du réel

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Claire Audhuy , animée par Isabelle Cogitore, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Claire Audhuy est auteur de théâtre ; elle choisit de s’installer sur des territoires, d’en observer les habitants, d’aller à leur rencontre et d’écouter leurs récits de vie. Ses pièces reposent sur une approche documentaire du réel, via des recherches sur le terrain et en archives, des entretiens divers et des reportages. Elle s’en nourrit pour son écriture de pièces de théâtre documentaire comme "Dieu, les caravanes et les voitures" où l'on entend la voix des Roms, ou celle des détenus dans "Pas de chips au paradis", et celle des femmes exilées dans "Les Migrantes".
L'album jeunesse "Un nôtre pays" aborde quant à lui la question des réfugiés avec les plus petits. C'est la parole des immigrés que l'on retrouve dans "120 jours à Hénin-Beaumont", et qui côtoie celle de l'extrême-droite dans ce fief du FN qui se rêverait "sans migrants". Autant d'oeuvres qui interrogent le monde d'hier et d'aujourd'hui, qui donnent la parole aux "sans-voix", aux "invisibles" et qui portent des convictions.
Cette conférence, riche d’anecdotes, présentera les méthodes de travail adoptées par Claire Audhuy lors de ses séjours d'immersion en Israël, en Palestine, en Algérie ou à Hénin-Beaumont ainsi que la phase de mise en mots et en voix puis le travail scénique qui suivent ces résidences.

Claire Audhuy est docteure en arts du spectacle. Engagée dans le théâtre documentaire, spécialiste du théâtre concentrationnaire, elle est auteur et metteur en scène de nombreuses pièces où l’art dialogue avec les questions de mémoire et de transmission dont "Eldorado Terezin" adaptée d’un manuscrit retrouvé par Claire Audhuy et écrit en 1943 dans le ghetto de Terezín par Hanus Hachenburg âgé de 13 ans.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférencemardi 14 mai 2019

Qu'est-ce que l'autorité politique ?

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Thomas Boccon-Gibod , animée par Isabelle Cogitore, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Il est semble-t-il devenu difficile de penser l’autorité, sauf pour se lamenter de sa perte et alimenter les discours nostalgiques. L’autorité mérite pourtant mieux que ce lieu commun, car à l’évidence, que ce soit à l’école ou dans la sphère domestique, elle ne se réduit pas à l’exercice d’une domination d’un supérieur sur un inférieur. Si l’autorité est devenue si difficile à penser, c’est sans doute pour une raison politique : l’idée de souveraineté populaire et le principe d’égalité individuelle nous ont rendu la notion éminemment suspecte. Et pourtant, est-elle si étrangère à la démocratie ?

Thomas Boccon-Gibod est maître de conférences en philosophie du droit et philosophie politique à l'Université Grenoble Alpes. Chercheur au laboratoire de sciences sociales, Pacte.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminairejeudi 16 mai 2019

Quel sens donner à la souveraineté dans la constellation postnationale ?

12h00-14h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

MSH-Alpes

4ème séance du séminaire Société et souveraineté avec Valéry Pratt (philosophie, Centre Simmel, EHESS).
 

++++++++

Quels enjeux aujourd’hui pour la souveraineté ? Est-elle la réponse politique adéquate des problèmes sociaux que traversent les sociétés contemporaines ? Peut-on imaginer une souveraineté non exclusivement nationale ? La maîtrise des enjeux de société doit-elle plutôt se situer au niveau local ?  Une réflexion pluridisciplinaire pour ce séminaire  coordonné par Thomas Boccon-Gibod et Martine Kaluszynski et centré cette année autour du thème : "Souveraineté et frontières".