Accueil MSH-Alpes


La souveraineté chez les Fédéralistes américains

Séminairevendredi 22 mai 2020

La souveraineté chez les Fédéralistes américains

14h00-16h00  |  VISIOCONFÉRENCE

MSH-Alpes, IPhiG, Pacte.


Initialement prévue le 17 avril, cette 4e séance du séminaire Société et souveraineté (2019-2020) avec Odile Tourneux, est aujourd'hui proposée en visioconférence le 22 mai de 14h à 16h.
Merci de signaler par courriel votre souhait de participation à Odile Tourneux  qui vous fera parvenir l'URL de connexion.


À chacune des étapes de leur histoire, les États-Unis se sont construits en regard de la notion de souveraineté. De l’indépendance jusqu’à l’adoption de la Constitution de 1787, l’exercice de la puissance souveraine est l’un des enjeux majeurs des tractations politiques tout comme de la réflexion théorique. Au fil des événements, les acteurs et théoriciens de la vie publique américaine repensent et organisent l’exercice du pouvoir légitime. Les Fédéralistes, pères fondateurs de la République américaine, imaginent un modèle tout à fait inédit et paradoxal de souveraineté : pour s’exercer pleinement, la volonté populaire doit à la fois être une et multiple, se déployer au niveau local et au niveau fédéral. La présentation explorera les modalités d’une telle conception paradoxale de la souveraineté.

Odile Tourneux est docteure en philosophie rattachée au laboratoire Triangle (UMR-5206, Lyon).

Ouvert à tous

++++++++

Le séminaire "Société et souveraineté"

coordonné par Thomas Boccon-Gibod, Martine Kaluszynski et Odile Tourneux

Un séminaire pour réfléchir aux enjeux de la souveraineté aujourd’hui et dont les 5 séances proposées pour cette 2e année seront centrées autour du thème : ORIGINES ET FONDEMENTS DE LA SOUVERAINETÉ

Ce séminaire interdisciplinaire a pour vocation d’explorer les différents aspects d’un concept politique redevenu à la mode, la souveraineté, en l’interrogeant du point de vue de sa compatibilité avec la question de l’émancipation et de la justice sociales. Comment apprécier le retour de la souveraineté dans le débat public ? Quelles demandes cela trahit-il et comment le recours à ce concept pourrait-il y répondre ?

Après une première année consacrée à la question des frontières, nous remontons le temps à la recherche des origines (historiques) et des fondements (théoriques) de la notion. De quoi au juste la souveraineté procède-t-elle ? Monde romain ? Ecclésiologie médiévale ? Droit pénal moderne ?... Par contraste avec les premières tentatives de gouvernement républicain sur notre sol, quelle forme a-t-elle prise dans la jeune démocratie américaine ?... Nous terminerons l’année par une plongée dans les racines anti-souverainistes du père de la théorie juridique moderne, l’immense et influent juriste Hans Kelsen (1881-1973).