banniere_sem_genre_21-22.jpg

Dans un ouvrage consacré à l’historienne Joan Scott, Judith Butler écrivait : « une simple définition du mot gender ne me satisfait pas, il me semble plus important de suivre les voyages du concept à travers la culture publique que de donner une définition restreinte et normative ». La philosophe exprimait ainsi sa défiance à l’égard d’une illusion taxinomique et surtout d’une entreprise de définition qui, en fermant le concept à ses appropriations et ses contestations ordinaires, déboucherait sur une orthodoxie.
Arrivées tardivement dans le monde académique français, à la suite de la traduction du livre fondateur de Judith Butler Trouble dans le genre (2005), les études de genre ont été progressivement accueillies, adoptées et discutées dans les sciences humaines et sociales. Comme le faisait remarquer l’historienne Xenia von Tippelskirch, le concept a « beaucoup voyagé à travers l’Europe et le monde », mais aussi dans la société civile et au sein des institutions poussant les chercheur-ses à engager une réflexion sur le terme même au point que la réflexivité sur le concept fait désormais partie intégrante de ses usages. Dans ces approches conceptuelles critiques, la question des méthodes et des modes d’enquête sur le genre apparaît plus rarement, alors même que le concept a d’abord eu le statut, dans les travaux féministes, d’une « catégorie d’analyse ». C’est précisément cette question que ce projet de séminaire entend poser. Ce séminaire interdisciplinaire n’a pas seulement pour vocation de donner à voir l’ampleur et la richesse des travaux de recherche sur le genre mais aussi de s’interroger sur les méthodes, les conditions et les outils d’enquête.

En quoi le genre peut-il être un outil opératoire ouvrant de nouveaux champs et de nouvelles pratiques de recherche, et pas seulement un objet thématique supplémentaire pour les champs et les pratiques existants ? Avec quelles sources et quelles démarches méthodologiques pouvons-nous alors le questionner et le mettre au travail, sans tenir sa signification pour acquise une fois pour toutes ?

Ce séminaire mensuel s’organise autour d’un·e ou de deux invité·e·s issu·e·s des sciences humaines et sociales. L’accent est mis sur la recherche en France, mais il est ouvert aux chercheur.e.s internationaux.

Séminaire coordonné par Naïma Ghermani (MSH-Alpes-LUHCIE) et Marlène Jouan (IPhiG-ISJPS-IUF), organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec L'Institut du genre, les laboratoires PACTE, LUHCIE, IPhiG, LARHRA, et la Mission Egalité de l’UGA.

En pratique

Séminaire de recherche à destination des enseignant·es - chercheur·es en SHS (philosophie, histoire, géographie, anthropologie, droit, sociologie) mais également en sciences (Biologie, Mathématiques, Santé), des masterant·es, des doctorant·es et du public non académique mais intéressé par ces questions.
Un jeudi par mois de novembre à juin, en présentiel uniquement (sans réservation).

Programme 2021-2022