transalpes_leila-shahshahani.jpg
©Leïla Shahshahani
 
L’axe Transalpes. Alpes en transition(s) rassemble des chercheurs et chercheuses de toutes disciplines en sciences humaines et sociales (SHS) travaillant avec les Alpes comme laboratoire et terrain d’étude.
Il fonctionne comme incubateur de nouvelles recherches pluridisciplinaires intégrant les dimensions temporelles et territoriales. Plus spécifiquement, il développe pour ce contrat des recherches sur les rapports entre corps, santé et montagne et partage avec le Labex ITTEM des recherches sur la transition comme catégorie d’analyse du changement.


Labex ITTEM

Lauréat en mars 2011 de l’appel à projet « Laboratoire d’excellence » et soutenu par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Agence nationale pour la recherche (ANR), le Labex ITTEM Innovations et transitions dans les territoires de montagne fédère neuf laboratoires des Universités Grenoble-Alpes et Savoie-Mont-Blanc et de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Il accompagne l’action publique en montagne par des projets co-construits avec les acteurs des territoires, ceux-ci étant pensés comme "laboratoires" et "démonstrateurs" de premier plan pour analyser les dynamiques de changement en cours et expérimenter des propositions, dans une perspective de développement soutenable. Le Labex ITTEM soutient également des actions de formations innovantes, articulées avec les projets de recherche. Par ses travaux et sa communauté de chercheurs, le Labex ITTEM rayonne bien au-delà des Alpes françaises, convergeant en cela avec l’axe Transalpes. Installé au sein de la MSH-Alpes, il bénéficie d’un lieu fédérateur pour la communauté de ses chercheurs.

Programme de l’axe

Les pistes que l’axe explore en utilisant les Alpes comme « laboratoire et démonstrateur » portent sur les transitions temporelles (changement, adaptation, continuité), les traversées, expériences, passages et régénérations dans les territoires alpins, appuyés sur des opérations pluridisciplinaires rassemblant des partenariats de recherche adaptés.
Trois thématiques ont été retenues :
 
  • Territoires de montagne et santé, en lien avec l’actuel Cross disciplinary program Cosmethics (CDP Cosmethics) : appréhendant la santé au sens large, il s’agit de montrer comment les ressources territoriales (eau, pente, végétation, paysages) sont mobilisées pour répondre à des besoins de santé/bien-être/beauté, d’analyser les rapports au corps qui les sous-tendent et leurs enjeux sociaux et économiques. Ce thème rassemble des compétences croisées en histoire, sciences de la communication, psychologie, chimie et santé. Il s’appuie notamment sur le séminaire "Expertise, Environnement, Santé" co-organisé par les laboratoires LARHRA et TELEMMe (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme).

  • Nouvelles méthodes en histoire expérimentale appliquée à la montagne : organisés par la chaire établie entre l’UGA et la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne (BIM), Conflits, Innovation, Montagnes (CIM), hébergée à la MSH-Alpes, ces travaux visent à générer des recherches sur les déplacements et la problématique du « corps armé-corps augmenté » dans les milieux extrêmes des territoires de montagnes et/ou de zones polaires. La chaire permet à une équipe de chercheurs, de toutes disciplines (histoire, géographie, philosophie, science politique, staps, santé, biomécanique, informatique, gestion, psychologie et neurocognition, management...)  de travailler collectivement et de manière pluridisciplinaire, en lien avec des structures comme le laboratoire GipsaLab (Franck Quaine, Violaine Cahouet, Olivier Martin), l’INRIA (Lionel Reveret, plateforme Kinovis), HP2 et l'Hôpital Sud de Grenoble (Patrice Flore), le projet Agence nationale de la recherche (ANR) Cybis (Delphine Deschaux-Dutard), l’axe Conflictualités du LARHRA, le Labex ITTEM, et en partenariat avec l’École Militaire de Haute Montagne de Chamonix. Elle repose sur la mise en œuvre de méthodes expérimentales du type MarchAlp (Marche Armée dans les Alpes) qui en constitue le socle initial. Des séminaires de recherche ainsi qu’une formation type certificat universitaire lui seront associés en fonction des moyens financiers (Fondation UGA). La chaire n’a pour l’instant aucun financement dédié.

  • Savoirs, perceptions, représentations, et ressources : les questions de mémoires, d’images et de récits restent une thématique forte de l’axe. Elles sont prioritairement envisagées sous l’angle des usages et de leur valorisation patrimoniale comme économique. Inscrits dans une perspective croisée entre Histoire et Sciences de la communication il s’appuie sur le séminaire "Alpes, images, sociétés"  co-organisé par les laboratoires LARHRA et GRESEC.