banniere-generale_epcs2022.jpg

Le séminaire « Enjeux et perspectives de la culture scientifique » réunit des chercheuses et des chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) examinant, dans une perspective critique, le champ de la culture scientifique, sa genèse, ses transformations, ses enjeux actuels et à venir.

La recherche sur la culture scientifique est pluridisciplinaire, mobilisant sciences politiques, sociologie, sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication, histoire, épistémologie. Contrairement aux chercheurs anglophones, qui ont défini un champ de recherches commun à ces disciplines sous le vocable de scientific communication, la recherche francophone se caractérise par un certain éclatement disciplinaire qui nécessite des espaces d’échanges et de dialogue scientifique, auquel ce séminaire se propose de contribuer.

Ce séminaire est coordonné et animé par Marie-Christine Bordeaux, professeure des universités et Mikaël Chambru, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes (UGA), membres du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec). Adossé au master Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’UGA, il est ouvert aux étudiants, doctorants, personnels de l’université et à ses partenaires. Il est organisé avec le soutien de la MSH-Alpes et de la direction de Culture et de la culture scientifique.

La culture scientifique est un champ de pratiques aussi bien institutionnelles que militantes, ancré, selon Olivier Las Vergnas, dans une triple genèse : la communication des laboratoires, l’éducation populaire et les débats sur la gouvernance de la recherche. Si elle a pour dénominateur commun, selon Bernard Schiele et Daniel Jacobi, la sociodiffusion des savoirs et l’éducation non formelle par le biais de formes culturelles (musées, expositions, événements, animations, actions éducatives, etc.), ses contours et sa définition sont évolutifs. Elle regroupe un ensemble de politiques publiques, de structures professionnelles et militantes, de modalités d’action, où émergent de nouvelles thématiques et de nouvelles pratiques sous l’influence de questions sociétales, politiques et environnementales. L’expression « science et société », qui tend aujourd'hui à remplacer celle de « culture scientifique », recouvre à peu près le même périmètre d’acteurs et de stratégies, mais peut être considérée comme une actualisation de ce champ et de ses problématiques.

Celles-ci sont convergentes dans leurs visées (diffuser les savoirs, partager l’intérêt pour les sciences, lutter contre l’« illettrisme scientifique », etc.), mais les thématiques et les objectifs de la CSTI ne cessent de se diversifier et se multiplier sous l’influence de la désignation de problèmes publics ou de préoccupations publiques liés à des questions d’actualité : niveau de connaissances scientifiques des jeunes scolarisés et plus largement de la population, évolution nombre de lycéens et d’étudiants inscrits dans les filières scientifiques, place de filles et des femmes dans les études et les carrières scientifiques, attitude (notamment confiance et défiance) des individus par rapport aux sciences et à leurs applications, contestation de certains impacts du progrès scientifique et technologique, crise sanitaire, circulation  de « fake news » à prétention scientifique, participation des citoyens à la décision publique et aux choix politiques dans le domaine scientifique, dynamisation du développement territorial et économique, lutte contre les inégalités sociales, etc.

En pratique

La seconde édition du séminaire se tiendra cette année les 8, 22 et 29 mars 2022 à la MSH-Alpes.
Elle sera également accessible en distanciel via Zoom.

L’actualité du séminaire est à retrouver sur son carnet de recherche et sur twitter avec le #EPCSgre.

Au programme de l’édition 2022